29. juin, 2018

Bioéthique, Assemblée nationale, Paris

Visiteur au colloque sur la Bioéthique organisé par Jean-Louis Touraine, Député du Rhône et Vice-président de la commission des affaires sociales (1), portant sur les questions de procréation, de filiation et d'accès aux origines, et plus particulièrement sur la procréation médicalement assistée (PMA) et la gestation pour autrui (GPA). 

Au cours du colloque, sont intervenus des députés, des professionnels du droit, sociologues, médecins... apportant leur éclairage sur ces questions et au regard du projet de loi à venir.  

Or, ce qui m'a le plus marqué, se sont les témoignages des invités, des citoyens affectés par le droit français actuel. Il s'agit de parents ayant fait recours à la PMA ou à la GPA, qu'ils soient hétéros, homos, célibataires ou en couples, ainsi que des enfants nés de la PMA ou de la GPA, dont le premier enfant français né d'une GPA en 2000, de la famille Mennesson, à l'origine de la jurisprudence de la CEDH suite au contentieux français relatif à la transcription de son acte de naissance étranger. 

Je ne me considère pas personnellement concerné par cette problématique, mais cette rencontre m'a fait prendre conscience de la diversité des modes de vie et de la vitesse à laquelle le monde change. La réalité est là et nous devons y faire face.